Voilà, docteur, je suis quelqu’un qui, je pense, a le rire facile dans la vraie vie. J’ai beaucoup de défauts, mais maussade ou rabat-joie n’en font pas partie. Alors quand un genre de série existe dans l’unique but de nous faire rire, ce genre devrait être fait pour moi. Mais voilà, la triste vérité, c’est que les sitcoms ne me font pas rire.

Je vous vois venir, docteur, vous allez dire que c’est parce que je n’ai pas vu les bonnes, mais je vous assure que je ne fais pas de généralisation rapide, j’ai vraiment essayé des dizaines et des dizaines de comédies, elles venaient de périodes, de chaines et de pays différents. J’ai testé les comédies de potes, les comédies de bureau, les comédies familiales, les comédies avec un chien, bref, tous les formats 20 minutes qui passaient dans le voisinage et je peux compter sur les doigts d’une main les moments où j’ai franchement ri.

À chaque fois que je lis sur Twitter des contacts dire qu’ils ont failli mourir de rire devant telle ou telle comédie, une lueur d’espoir s’allume dans mon petit cerveau et je récupère le pilote. Et à chaque fois, le résultat est le même, je ne ris pas, je souris rarement, je suis frustré et je me sens un peu seul. 

 

Sadfaceamongother

 

Le pire dans tout ça, c’est que les vagues d’enthousiasme pour une comédie arrivent souvent d’un coup. Je suis inondé de retours élogieux sur tel ou tel pilote et ça rend le tout plus incompréhensible et frustrant encore. Je voudrais me marrer, moi aussi. Qu’est-ce qui cloche chez moi, docteur ? Devrais-je trouver une chanson à me chanter dans la tête quand la frustration de ne pas rire devient trop pénible ?

♫ I know something about laugh. You've gotta want it bad.

Non, ça ne marche pas. Vonda Shepard n’est jamais là quand on a besoin d’elle.

Vous m’êtes pas très utile, docteur, je vais me débrouiller tout seul.

En fait, je crois que mon plus gros problème est que je n’aime pas me sentir obligé de rire. Qu’il y ait ou non de rires enregistrés, le fait qu’on m’incite à enclencher mes muscles zygomatiques me bloque toute envie de le faire. Il faut que ça vienne naturellement et surtout, que je ne m’y attende pas. Alors oui, c’est en grande partie de ma faute si je ne ris pas devant les sitcoms. Je ne peux pas reprocher à une série de tenter à tout prix de me faire rire quand c’est dans sa nature de le faire et qu’elle ne dispose que de 20 minutes hebdomadaires pour cela. Mais j’y peux rien, dès que je lance une sitcom, j’ai l’impression d’être enfermé dans une usine à gags et ma claustrophobie prend le dessus. Alors non, bien sûr que je ne déteste pas toutes les comédies, j’en regarde encore un paquet, mais ce n’est pas du tout pour leur potentiel comique, c’est uniquement parce que j’aime leurs personnages et que même s’ils ne me font pas rire, je veux continuer à suivre leurs aventures.

Il y a deux sitcoms que je dois cependant mettre un peu à part. La première est Raising Hope pour la raison très simple que son pilote m’a fait mourir de rire. Aucune comédie n’y était arrivée avant et aucune n’y est arrivée depuis. Je ne sais pas, ça venait peut-être de l’apéritif que j’avais bu avant ou de mon état de fatigue avancé, mais son ton m’a surpris et au lieu de me sentir enfermé, j’ai reçu une pure bouffée d’air frais en plein visage. J’en revenais pas, c’était génial de rire comme ça et extrêmement libérateur. Depuis, la série n’a jamais réussi à renouveler cet exploit, mais je continue parce que j’aime cette famille et je n’oublierai jamais ce pilote.

En fait, je me suis rendu compte que je riais beaucoup plus devant les dramédie et les dramas et ça colle à ma théorie. J’ai besoin de connaitre les personnages et d’y être attaché. J’ai besoin de savoir qu’ils ne sont pas là uniquement pour me faire rire et qu’ils peuvent aussi être déchirants. Les passages comiques deviennent du coup impossible à prévoir et l’effet de surprise me dérouille les lèvres. Et c’est pour ça, je pense, que j’accroche autant à ma deuxième sitcom coup de cœur, Parks and Recreation.

 

Parks

 

Si Parks and Recreation est bel et bien une comédie, le tout semble bien plus profond et travaillé que chez la plupart de ses sœurs. J’avoue avoir sorti les mouchoirs devant Parks et franchement, on s’attend pas à ça en lançant une sitcom. Tous ses personnages me touchent et il y a une alchimie formidable entre les membres du casting. Enfin, quand je dis que j’aime tous ses personnages, c’est pas tout à fait vrai, je me passerais volontiers de Tom. Pourquoi ? Parce que Tom représente justement tout ce qui me déplait dans les autres sitcoms. Il est là juste pour tenter de faire rire avec ses gags super lourds. Dès que je vois sa tête à l’écran, mon cerveau se met en mode ronchon et se braque. Il n’existe aucune surprise avec lui et même si les auteurs tentent peu à peu de lui donner de la profondeur, il reste pour le moment le symbole de tout ce que je n’aime pas dans les comédies.

C'est quand je fais ce genre de réflexion sur le rire dans les séries que je me rends compte à quel point Brothers & Sisters me manque. Avec elle, je riais et chouinais sans arrêt, c’était les montagnes russes et j’aimais profondément tous les personnages. La série avait vraiment le don d’appuyer sur le bon bouton pour me faire rire aux éclats. Et pourtant, je ne pense pas qu’elle ait vraiment inventé de nouveaux gags. C’est juste que le gag ne fait pas tout, la façon de l’amener fait toute la différence.

Vous imaginez donc ma douleur et mon désarroi lors des upfronts de NBC. Mais bon sang, à quoi ils pensaient en commandant toutes ces sitcoms ? Ils en avaient pas déjà assez ? Est-ce un complot pour me forcer à alléger mon planning série ? Je ne vois que ça.

Comme chaque année, j’essaierai plusieurs nouvelles comédies, comme chaque année j’en continuerai certaines pendant que j’en abandonnerai d’autres et comme chaque année, je ne rirai probablement pas…

Mais bon, qui sait ? On est pas à l’abri d’un nouveau pilote de Raising Hope et je le cache peut-être, mais je dis ça avec le réel espoir que ça arrive.