Alala, chère fiction française, nous sommes sur la bonne voie avec Ainsi Soient-Ils, vraiment. Mais alors, le bilan que je tire à l’issue de cette première saison, c’est le titre de ce billet. Il reste encore tant à faire, ça me parait insurmontable. Ne vous méprenez pas, contrairement à un épisode de Julie Lescaut ou de Camping Paradis, on ne vide pas des dizaines de boîtes d’anxiolytiques devant Ainsi Soient-Ils, mais on est vraiment loin du seriorgasme.

Tout avait pourtant bien commencé, on nous offre un superbe générique et le pilote est plutôt réussi, mais par la suite, les scénaristes ont sorti le marteau-piqueur et le burin pour écrire leur série. Imaginez une superbe journée d’été, un pique-nique romantique sur une dune paradisiaque à Carnon plage. Puis paf ! Soudainement, arrive une horde de lycéens ivres qui mettent du Sexion Machin à fond, vomissent sur votre magnifique couverture de déjeuner et mangent vos Pom’potes. Voilà, imaginez ça, et vous aurez un aperçu de la délicatesse d’écriture d’Ainsi-Soient-Ils. Sans trop en dévoiler pour ceux qui n’auraient pas vu la série, ce problème d’écriture est particulièrement visible lorsqu’elle concerne l’une des relations les plus importantes de la série. Elle aurait pu être géniale, saturée de tension, terriblement dilemmatique pour les personnages concernés, et finalement, elle apparait d’un coup, dénuée de toute épaisseur et du même coup, de tout intérêt pour le téléspectateur. C’est un gros gâchis.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, on retrouve ce défaut à de très nombreuses occasions. On aurait pu s’attendre à un vrai drama profond et centré sur cette fameuse crise des vocations, on a plutôt eu droit à un prétexte pour des intrigues soit ennuyeuses soit complètement abracadabrantes. La chute a été à la hauteur de mes attentes. Pour cette raison, je n’ai pas eu le courage de faire un bilan complet qui aurait forcément été bien trop sévère, la démarche étant tellement bénéfique à la fiction française. Mais je voulais vraiment exprimer ma déception quelque part, alors j’ai préféré ouvrir une nouvelle catégorie, centrée sur mes réactions à chaud, dépourvues de toute objectivité et surtout, brèves.

Il paraît que Les Revenants vaut le coup, je dois avouer que tout ce buzz me fait un peu peur, mais j’ai toujours extrêmement hâte de la découvrir. A défaut d’être bonne, Ainsi Soient-Ils aura au moins eu le mérite de me redonner un peu d’espoir. Les Québécois peuvent faire des merveilles et je doute qu’ils aient beaucoup plus de moyens que nous. Alors, on doit pouvoir en être capable aussi.

 

casting