Des fois, je me déteste. Je me déteste d’être bloqué à ce fichu niveau 133 de Candy Crush, je me déteste de ne pas être Parisien, je me déteste d’avoir trouvé un boulot pile au mois d’avril, je me déteste de louper le rendez-vous sériphilien le plus intéressant qui existe actuellement en France. Je parle bien sûr du Festival Séries Mania qui se déroulera du 22 au 28 avril au Forum des images.

Voilà, je me déteste pour tout un tas de raison, mais comme on m’a demandé très gentiment d’en faire la publicité et que l’évènement mérite vraiment qu’on y accorde de l’attention, je me suis torturé un peu plus en imaginant le programme que j’aurais suivi si j’avais eu la chance d’y assister.

Lundi 22 Avril

Quoi de mieux pour commencer qu’une table ronde sur un sujet qui nous a tous (ou presque) traversé l’esprit un jour ou l’autre, surtout ces dernières années. Adaptations, remakes et reboots : Les séries sont-elles toujours aussi créatives ?  Je pense que l’intitulé montre assez clairement où se situera le débat. Sympa pour commencer ce festival, non ?

Mardi 23 Avril

 

30 grader

 

Mon mardi serait totalement dédié à la Suède.

Je m’imagine m’installer tranquillement devant les deux premiers épisodes de 30 Grader i February et me laisser porter par l’histoire de ces Suédois qui décident de partir vivre en Thailande pour trouver ce qu’ils n’ont pas su trouver dans leur pays natal. Une série qui s’annonce bourrée d’émotions, d’humanité, qui repose sur la quête de soi et du bonheur… Bref, de la poésie à la télé, ça fait parfois énormément de bien.

Le soir même, à 20h30, je jouerais des coudes pour assister à la soirée marathon de Don’t ever wipe tears without gloves. Cette minisérie de 3h nous raconte les ravages occasionnés par l’apparition du Sida dans la communauté gay de Stockholm, dans les années 80. Pour avoir vu les premières minutes (certes, sans rien comprendre du tout), il ne fait pas de doute que rien ne sera épargné au téléspectateur. La série débute sur une scène terriblement authentique et douloureuse.

Mercredi 24 Avril

Le programme serait un peu plus léger, mais tout aussi chouette. Les nouveautés australiennes m’ont pas encore convaincu cette année. Je ne suis pas tombé sous le charme de The Doctor Blake Mysteries et j’ai littéralement détesté Mr & Mrs Murder. Cela dit, je n’ai toujours pas pris le temps d’essayer Please Like Me qui pourtant semblait être la plus prometteuse. Je fais tout à l’envers, c’est pas nouveau. A partir de 21h15, le festival proposera la projection des trois premiers épisodes de la série, suivie d’un débat avec le producteur et l’une des actrices. Cela fait deux raisons d’assister à tout prix à cette soirée. La série est qualifiée par les organisateurs de Girls au masculin, ça fait donc trois raisons. L’Australie est capable du meilleur, surtout en matière de dramédies, je tiens là ma quatrième raison. N’en jetez plus, c’est déjà vendu.

Jeudi 25 Avril

 

unité9

 

Premier gros dilemme insurmontable. J’aurais pu choisir d’aller voir les deux premiers épisodes de la saison 2 de Boss. J’aurais surtout pu choisir d’aller à la rencontre avec Farhad Safinia, le créateur de la série, mais non, l’appel d’Unité 9 a été plus fort. Je vous avais déjà parlé du pilote de cette série québécoise que j’avais plutôt apprécié. Mais il faut savoir que, depuis, j’ai englouti la saison 1 et que je suis devenu absolument accro. C’est terriblement bien écrit et bien joué, j’en veux plus, maintenant, tout de suite, immédiatement. Alors, certes, vous vous dites qu’ayant déjà vu la série, j’aurais pu m’en passer et aller voir M. Safinia à la place, mais figurez-vous que les organisateurs du festival ont invité André Béraud, le directeur de la fiction de Radio Canada. Alors là, non, j’ai tellement envie de construire une statue à son effigie que je ne peux décemment pas louper cette rencontre. Je ne sais pas qui a eu l’idée de lui demander de venir, mais je veux bien créer deux statues, ça ne me dérange pas.

Vendredi 26 avril

Je commencerais avec une deuxième table ronde qui touche à un sujet des plus actuels. Les séries transmedia : Quelles réalités ? Quels enjeux ? Et puisque qu’ils sont les mieux placés pour nous expliquer le pourquoi du pourquoi, je vous fais partager ce que le programme nous indique. “Que ce soit pour faire vivre une série entre deux saisons, parfois séparées de plusieurs années, ou en proposant des expériences multiplate-forme, ludiques et immersives en parallèle des diffusions, le transmedia permet de transformer le spectateur passif en acteur de sa série préférée. À partir d’exemples concrets, nous analyserons cette tendance, avec les créateurs et diffuseurs de ces nouveaux formats.” Bon, j’avoue que toute cette histoire de transmedia me dépasse un peu, mais comme on en parle de plus en plus, je me dis que ça me ferait pas de mal d’essayer de comprendre un peu mieux le bouzin. Après ça, direction Redfern Now parce que j’ai prévu de voir la série depuis un bail et que j’ai honte de ne pas l’avoir fait.

Samedi 27 avril

 

monmeilleurami

 

Après-midi chargée, en ce samedi. A 14h30, j’irais regarder Mon Meilleur Ami. Pourquoi ? Parce que c’est québécois, que c’est ma monomanie du moment, qu’il y a Claude Legault dedans et que j’en avais jamais entendu parler. A peine la projection terminée, je filerais rejoindre les jeunes de Puberty Blues. J’ai assez envie de revoir les premiers épisodes, et surtout, de pouvoir échanger avec le scénariste de la série. Et enfin, à 21h, j’irais à la présentation de Going Home. Bon, je n’y connais absolument rien en séries japonaises. Découvrir les “jdramas” est dans mes projets depuis un bon moment déjà, mais je n’ai pas encore pris le temps de le faire. Pour être honnête, même si je pense que la série me plairait, j’aurais choisi cette projection-là juste pour pouvoir rencontrer Livia de My télé is rich ! qui est chargée d’en faire la présentation.

Dimanche 28 avril

Ah, pour le final, j’aurais choisi de me la jouer aventurier en allant à la projection de Burning Bush qui est une série… tchèque ! Un drama d’un pays où je ne suis encore jamais allé sériphilement parlant et dont le sujet est plus que prometteur, vu qu’il traitera de Jan Palach qui devint le symbole de la résistance à l’occupation soviétique en s’immolant par le feu. Si ça, c’est pas du sujet alléchant, je ne m’y connais plus. Je n’e serais pas allé au marathon comédies, vous savez que c’est vraiment pas mon truc, mais pour ceux qui comptent y aller ou qui hésitent, n’oubliez pas qu'est prévu la projetion de A Moody Christmas dont je vous ai déjà parlé.

Je me rends compte que j’ai exclu de mon programme presque tout ce qui est américain et anglais, mais la sélection est là aussi très bonne, Game of Thrones, Girls, The Americans, Nashville, House of CardsIn the Flesh…Ce n’est vraiment pas par snobisme ou autre, c’est juste que ces séries-là sont plus faciles d’accès et peut-être un peu trop répandues comparé à d’autres qu’on n’aura peut-être plus jamais l’occasion de voir en France.

Si jamais vous assistez à une de ces projections, pensez à moi et surtout, venez me raconter ce que j'ai raté. Si vous rencontrez André Béraud, dites-lui que je cherche un travail et que je suis prêt à cirer ses chaussures et faire le ménage chez lui. Demandez-lui aussi s’il sait quand sera diffusée Autopsies

Plus d'informations sur le festival ici : http://www.forumdesimages.fr/fdi/Festivals-et-evenements/Series-Mania-saison-4